HUMOUR

LES BLAGUES A JO

1 918 - 2 005

Jo est implacable avec les siens. Sachant que bon nombre de ses compatriotes parlent plus souvent le Corse que le Français, il prend un malin plaisir à les surprendre en flagrant délit de traduction mot à mot d’idiomes ou de tournures 100% incompatibles avec la langue de Molière.
Il ne dédaigne pas non plus les déformations de mots ou d’expressions françaises. Nous vous en livrons quelques unes en prenant soin de sélectionner celles que tout un chacun peut comprendre sans maîtriser le Corse. Attention : n’oubliez pas de lire à voix haute en prenant l’accent local…

 
Le jeune Mailliny avait eu la bonne idée de couper des branches de figuiers. Résultat: une allergie au lait de figue et des cloques sur les mains et les bras. Le berger Lombardini en voyant les dégats lui demande: " Est-ce que le docteur t'a donné une tomate ? "
pumata : n.f., tomate ( confondu avec pommade? )
La jeune Thérèse a bien de la chance. Comme son opticien vendait des lunettes gratuites, elle se les a achetées...
Il est question dans le quotidien unique du " pilori ". Pas besoin de chercher dans le dictionnaire car Mme Saulini est formelle:" C'est l'organe génital de la femme ! "
Le jeune Ghjuvan-Paulu a eu la (mauvaise ) idée d'exhiber son tatouage "tribal Maori" tout neuf à l'épaule droite... Sa mère a failli s'en étrangler de colère. Mais lorsqu'elle a aperçu le piercing au têton gauche, elle s'est écriée aussitôt:
- Et en plus, il a mis le pin's, stu scèmu !
A propos de l'affaire Clearstream et de ses protagonistes Villepin et Sarkozy, M. Antomarchini est catégorique :
- C"est une mangerie !
manghjeria : n.f., gabégie, gaspillage
A Lupinu, comme tous les après-midis, deux vieux discutent sur une placette :
- Beu, il n'y a plus que des catastrophes de nos jours !
- Tu as raison ! Tu vois pas qu'il nous arrive un tiramisu à Bastia comme en Indonésie ?
Mme Dambelini a mis ses assiettes à sécher en plein soleil sur le rebord de la fenêtre. Quelques minutes après, M. Dambelini entreprend d'ouvrir cette fenêtre pour en entrebailler les volets. Voilà que la rangée d'assiettes vient malencontreusement percuter les mains de monsieur et prennent toutes, sauf une, la direction de l'étage en dessous. M. Dambelini ne se démonte pas et dit à l'assiette rescapée : " E tu, ti vergogni ? Tiens, va rejoindre tes soeurs ! "
Monsieur Poligrini travaille depuis longtemps pour une compagnie maritime bien connue. Arrivé en fin de carrière, son ardeur au travail s'est quelque peu émoussée. Son chef tient à le lui faire savoir :
- M. Poligrini, ça ne va pas ! Je suis déçu. Vous ne remplissez pas correctement votre mission ! Veuillez vous reprendre ou je serai obligé de mettre un terme à votre mission avant l'heure !
- Mission ? Quelle mission ? Dis-moi, tu me prends pour James Bond 007 ou quoi ?
Présentation des voeux de bonne année au village. Mailliny, rentré des USA après quelques années de travail, est invité à prendre un verre chez une villageoise d'un certain âge. La voilà qui lui propose de goûter un lychee :
- Tu en as déjà mangés, des lychees, quand tu étais aux colonies à New York ?
Monsieur Ucellini est satisfait et va pouvoir prendre un peu de repos bien mérité. Il a enfin terminé le peintrage de sa maison...
Les visiteurs de A TECHJA ! nous ont envoyé :
- Deux amis qui observent une photo d'hélicoptère:
" Mi ! tu as vu ? Il n'a que deux palmes ! "
- "Je ne suis pas très gastronome mais un bon MAIGRET de canard, je me le mange volontiers"...
- "Jean Sé, il est trop superstitieux :il est allé voir une voyante TRANSLUCIDE !"
- "Moi, les pédophiles, je les tremperais tous dans un baril d'ACIDE FOLKLORIQUE".
- M. Petrotti ne fait plus de "galline" : il a réorienté son exploitation et désormais, il élève des "lapins de Carême". "Eh chì lapins de Carême ?!" lui lance M. Giusti... "Eh oui : lapins de Carême... si chjamanu cusì pourquoi ils sont petits... C'est des lapins pour manger au Carême..."
Heureusement que ce jour-là, M. Petrotti n'avait pas, comme la veille, les "nerfs en pot de fleurs".
Un continental en poste en Corse vient se présenter à la famille d'une jeune Corse dont il est tombé amoureux. Sur la petite route de montagne, il a un léger bris de carrosserie avec le fils d'un berger. A la fin de la rédaction du constat d'accident, le berger demande :
- Et qu'est-ce que vous faites comme travail ?
- Je suis programmeur-informaticien.
Une heure plus tard, après l'apéritif et au moment de prendre congé, le fonctionnaire se voit poser une dernière question:
- Vous ne pourriez pas me trouver un peu de strychnine ? Vous comprenez, j'ai des renards qui viennent dans la bergerie tuer les cabris. Alors, comme vous êtes pharmacien, vous pouvez peut-être m'aider...
Un touriste a osé klaxonner le berger pour qu'il évacue plus rapidement son troupeau de la route. Celui-ci s'approche de la voiture et lui fait savoir qu'il n'est pas content de cette façon de faire: " Si tu me klaxonnes encore, je te prends par la trompe du cul et je te jette en-bas ! "
Ti pigliu per a trompa di u culu è ti lampu quaghjo !
Mme Giudicellina a posé la soupière sur la table mais a oublié l'essentiel. " Ho, coco, per piacè, apporte moi le couilleron pour que je serve la soupe." Et coco de répondre qu'on ne dit pas un couilleron. " Hé oui, je le sais , coco... apporte moi une luche... "
le couilleron : u cucchiarone ( cuchjarone ) n.m., la louche
Jo est assis tranquille à la terrasse d'une paillote d'Ajaccio. Des jeunes jouent à côté au football de plage. " Aho , les gars, crie l'un d'eux. Le sable, il est trop chaud ! On va pas jouer " torse-pieds" !
Le berger lombardini est épuisé ! Pour les fêtes de fin d'année, il a tué une vingtaine de cabretons...
cabretons : caprèttu ( chevreau, cabri ) + le suffixe -on pour désigner le petit de l'animal
Une fois de plus, Antomarchini a grondé l'un des petits-enfants. Pris de remords, il essaie de le faire sourire. " Pas moyen d'y arriver, dit-il, celui-là, il me fait le museau en vrai ! "
il me fait le museau en vrai : mi facè u mùsu in vèru ! - Il boude vraiment !
Monsieur Orini boirait volontiers une goutte d'eau de vie avec son café. Mme Orini, de mauvaise humeur, lui conseille d'aller chercher lui-même la bouteille dans le placard. Il s'exécute, revient les mains vides et dit à sa femme :
" J'ai regardé dans le placard, mais il n'y avait personne ! "
- Antomarchini et Justerini se promènent en montagne. Justerini se penche par dessus un rocher pour mieux voir le paysage.
" Allez ! crie Antomarchini. Tombe toi, maintenant ! "
Tombe toi : tumbàssi v. se tuer ( littéralement " tue toi " )
- «  Les équipes participant au concours de boules sont priées de s’approcher du comptoir afin de mieux entendre les résultats du tirage au sol ! » ne cessait de crier dans le micro l’un des organisateurs…
- Grand-mère Barberine veille sur les petits-enfants dans le square et tente de prévenir les accidents : « Ne joue pas dans la rène, tu vas te lancer ! »
la rène : a rèna .n.f. le sable te lancer : lampàssi. v.se jeter, se lancer
( littéralement « Tu vas te casser la gueule ! » )

- Lorsque le soleil se couche, la canicule fait place à une légère brise fraîche. « Tu aurais dû prendre une veste, dit Ghjuvan-Francè à sa compagne, tu vois pas que tu as le grain de poule… »

- Monsieur Dambelli a toujours bon appétit et sa femme s’en inquiète quotidiennement en lui rappelant que s’il se chaque tout ça, il aura du mal à digérer.
chaque : sciaccà : v.manger et aussi sciaccàsi : v. manger, dévorer
-Ghjuvan-Francè fait toujours une halte au col de Vizzavona lorsqu’il y passe. Le stand de produits corses y propose une excellente confiture de barbouzes…
- Antomarchini est sans cesse sollicité par les petits-enfants pendant les vacances scolaires. Il voudrait bien satisfaire leurs désirs, mais il doit « combattre ** » !
** - scumbàtte: s’affairer,se débattre,vaquer à, bricoler…
- Le ministre Chevènement n’a pas eu de chance. Il rentre à l’hôpital pour une petite opération et voilà qu’il tombe dans le combat...
- Antomarchini est en pleine discussion à propos des « tongs ». Pas question pour lui de porter de telles claquettes. Par contre, il est très impressionné par son fils qui court si vite avec que même pas le  ton , il l’attrape !
le ton, u tònu : le tonnerre, que M. Antomarchini a certainement pris pour la foudre…
- M. Dambelli ne se refuse rien: une bonne bistèke ensanglantée avec une bonne bouteille de vin encachetée.
- Lombardini semble avoir du mal à se déplacer ce matin. Normal, c’est son nerf asiatique qui lui fait des misères.
- Antomarchini et Justerini avaient fini leur partie de pétanque et pris un long apéritif. A l’heure de rentrer, le premier veut récupérer ses boules sur le terrain. Elles ont bien sûr disparu. D’où la réflexion du second:
— Et qu’est-ce que tu crois qu’il peut arriver si tu les laisses en liberté ?
- Rappalli est sur le pas se sa porte. Arrive Paulini, en train de faire son jogging. Celui-ci invite Rappalli à faire quelques kilomètres avec lui. — Tu veux rire ? Répond-il aussitôt. Tu veux que je meure de bonne heure ?
- Antomarchini n’est guère satisfait du docteur qu’il est allé consulter en urgence lors d’un déplacement sur le continent. Il ne cesse de clamer à tout le monde que ce charlatan l’a pris pour un cow-boy !
- Pauvre Ange – Dominique ! Il avait fallu qu’il tombe en panne de voiture alors qu’il se trouvait au pimpon de la Corse…
- Mme S. ne porte que des vêtements en coton. Il se trouve qu’elle est énergique au nylon.
- En pleine nuit, le chien n’arrêtant pas d’aboyer, M. Orini se retourne vers sa femme et lui demande si elle le sent , ce chien qui aboie...
sènte : v. entendre
- Branle-bas de combat dans le bar pendant la partie de belote du soir. L’un des joueurs se lève précipitamment et se met à crier: « Mon paratonnerre est un imbécile !!! »
- Arsenal de Toulon, fin des années soixante, lors d’une journée de canicule. Le chef d’équipe, Cerraldinu, se demande où sont passés ses ouvriers. Il trouve la réponse en jetant un œil par la fenêtre. - Regardez moi ces imbéciles! Ils sont tous à l’ombre de la figue !
a figa : n.f. le figuier
- Repas agité chez les Stèvanu. Les deux frères se disputent toutes les cinq minutes pour un oui ou pour un non. Le père finit par demander à l’aîné de dire ce qui ne va pas et celui-ci répond en montrant le petit frère: - Il m’a volé mon courteau !
cultéllu : n.m. couteau -
- « Claque ton fouet à l’air fraîche … » chantait le cantonnier tout en débroussaillant…
Vos commentaires ici >
La collèque de têtes de Maure

Domaine Vico ( Ponte Leccia )
LE SAVIEZ - VOUS ?
Le concept du site d'enchères en ligne, I-BAZAR, aurait vu le jour à Ghisonaccia en 1988, à l'initiative d'un certain Pierre- François Grimaldi, installé à Paris depuis.
CORSE MATIN du 30/06/00
TOUT L'ESSENTIEL DE A TECHJA !
- Accueil - Sommaire - les blagues à Jo - L'histoire de la Corse - L'ethnologie amusante de la Corse
- Ricordu - Lamentable - Le best of - La plus grande tête - Les maths corses (2-1=3)
- Les Corses - Ils nous aiment - La sieste - La macagna - La paillote franchisée
- Les parrains du web - L'enquête corse - Vus ou lus sur le web - Il paraîtrait que... - La bière corse
- Parlez-vous le corsofrançais ? - L'alcool, non, l'eau oui ! - Nos vingt vins corses - Le gladiator du Giussani - Plus besoin de gravir la montagne...
- Soyez prudent... - Notre discothèque - Citations - Etes-vous prêt ? - J'ai même vu un film corse !
- Vos erreurs 404 - Canti corsi - Ils dessinent - Les polars corses  - La Corse dans le Monde
- Memes corses - Facciacce - E duie surelle - Le saviez-vous ?
Vous êtes sur le site en ce moment. Combien de blagues allez-vous m'envoyer ?