VOUS VOULEZ DU SERIEUX ?

Les chants corses, mode d'emploi...

Le chant a toujours occupé une grande place en Corse, de la berceuse (nanna) aux sérénades (serinati). Il existe aux côtés de ce chant à une voix, dit " monodique ", ce que les chants Corses peuvent avoir de plus typique, le chant polyphonique, religieux ou profane. Commun à toute la Corse sous sa forme religieuse, le chant polyphonique sous sa forme profane (a paghjella) vient de Haute-Corse. Après sa diffusion depuis les années soixante-dix, il est aujourd'hui pratiqué dans toute l'île et écouté bien au-delà. Quel chemin, après avoir frôlé l'oubli en Corse même, il n'y a pas cinquante ans !

Aujourd'hui, la polyphonie est peut-être non seulement le véhicule le plus solide de l'identité Corse, mais aussi la voix la plus expressive de l'âme insulaire, car au-delà de son originalité dépouillée de toute instrumentation musicale, elle véhicule l'émotion de manière presque palpable. Emotion qu'ont pu éprouver tant le musicien américain Lou Reed, pour qui rien n'existe de plus beau en matière de chant que la polyphonie corse, que la regrettée Dorothy Carrington, écrivain anglais venue s'installer en Corse dans les années 50, et pour qui la découverte de ces chants fut une révélation : " j'avais l'impression d'entendre la voix des entrailles de la terre, un chant venu de l'origine du monde, celui des commencements qu'on n'ose espérer jamais accessible."

Les chants corses ne sont pas nés lors de l'ouverture des jeux olympiques d'hiver à Albertville...

La naissance du chant polyphonique se perd en effet dans la nuit des temps. S'il est incontestablement ce que les Corses ont de plus ancien dans leur culture, on pense que le chant grégorien l'influença au moyen-âge, aussi loin que l'on puisse remonter. Dans la tradition insulaire, la polyphonie est le chant de l'existence, présent à toutes les grandes étapes de la vie (naissance, amour, travail, sommeil, saisons, décès, etc..), il mêle le sacré et le profane. Les polyphonies sont souvent mélancoliques, parfois tristes comme le Blues, toujours graves, car le pays et son histoire ont toujours été rudes.

De tradition orale, le chant polyphonique se transmettait de père en fils. La guerre de 14-18 où près de 30 000 corses périrent, l'exode vers le continent et les colonies qui suivit, ont causé un tel vide dans de nombreux villages que les maillons de la chaîne ont souvent été rompus tandis que l'influence du continent qui poussait à l'abandon de la langue et des traditions corses ont fait le reste. La tradition a tout de même réussi à se maintenir, de deux façons: dans certaines régions qui ont peu subi les influences extérieures (comme les villages de Sermanu, de Rusiu et de Tagliu Isulaccia), mais aussi à l'extérieur de la Corse, comme à Nice, où beaucoup d'étudiants corses se retrouvaient à l'université dans les années 70. Le chanteur Pierre-Ange Agostini raconte que son frère y apprit le chant polyphonique au contact d'autres Corses et que revenu dans son village, il l'initia à son tour.

Les trois formes du chant corse sont quatre... et même cinq !

Depuis toujours, le chant polyphonique, à côté de son rôle sacré, est au service de textes ou d'improvisations poétiques, au point de parfois se confondre: lamentu, terzetti, et paghjella, autant de chants profanes. U lamentu est une complainte, que ce soit de l'exil, d'un amour malheureux ou de quelque événement douloureux; les terzetti sont des chants en couplets de trois vers, écrits en toscan et datant du moyen-âge; enfin, la paghjella est un sizain octosyllabique qui a donné son nom à la façon la plus répandue de chanter les poèmes, quels qu'il soient (lamenti...), et in fine, par extension, à tous les chants polyphoniques traditionnels, chant sacré inclus.

A paghjella est un choeur constitué de trois voix (parfois deux ou quatre), où, à part la tierce, les autres parties vont à l'unisson. A siconda, la voix principale / le baryton, entonne le chant. U bassu (ou u boldu, selon la région) est la voix plus grave qui enchaîne. A terza, la tierce, est la voix la plus haute qui s'ajoute aux précédentes en respectant un intervalle de temps, tout en les enrichissant des ribuccati, les ornementations et modulations, qui donnent un côté " oriental " au chant. Petru Guelfucci est peut-être le plus grand chanteur dans ce domaine.

N'oublions pas un autre chant très particulier: les chjam'è rispondi, appels et réponses. Il s'agit d'un dialogue voire d'une joute orale, sur le mode de la poésie improvisée, que nos bergers d'antan - qui chantaient des passages de la Divine Comédie - s'échangeaient parfois d'un versant d'une montagne à l'autre, et que chantent encore certains Corses des montagnes quand ils se retrouvent autour d'un verre au café du village. Ce divertissement remonte à l'antiquité, comme en a témoigné Virgile. En revanche, le Voceru (ou Vuciariu, selon la région), chant funèbre improvisé par les femmes au chevet du défunt, n'a pas résisté au travail du temps, même s'il reste dans la postérité pour son apport à la langue... française (" vocératrice " est issue de vuceratrice).
Ainsi, en Corse, le chant est non seulement un divertissement ou une exploration artistique, mais un mode de communication de premier ordre au sein d'une société de tradition orale, qui a aujourd'hui encore ses porte-voix de talent.

Vos commentaires ici >

La collèque de têtes de Maure

Di Rosa pour Chjami Aghjalesi

>> La suite <<
TOUT L'ESSENTIEL DE A TECHJA !
- Accueil - Sommaire - les blagues à Jo - L'histoire de la Corse - L'ethnologie amusante de la Corse
- Ricordu - Lamentable - Le best of - La plus grande tête - Les maths corses (2-1=3)
- Les Corses - Ils nous aiment - La sieste - La macagna - La paillote franchisée
- Les parrains du web - L'enquête corse - Vus ou lus sur le web - Il paraîtrait que... - La bière corse
- Parlez-vous le corsofrançais ? - L'alcool, non, l'eau oui ! - Nos vingt vins corses - Le gladiator du Giussani - Plus besoin de gravir la montagne...
- Soyez prudent... - Notre discothèque - Citations - Etes-vous prêt ? - J'ai même vu un film corse !
- Vos erreurs 404 - Canti corsi - Ils dessinent - Les polars corses  - La Corse dans le Monde
- Memes corses - Facciacce - E duie surelle - Le saviez-vous ?
Vous êtes sur le site, sérieux comme un visiteur de A TECHJA !.